top of page

Pathologies

Par Dr. Sana Noor Siddiqui

Dentin-Pathologies.png

Devriez vous enlever la dentine affectée ?

Lors du traitement des caries dentaires, l’une des principales considérations est de savoir s’il faut ou non enlever la dentine affectée. La décision d’enlever la dentine affectée peut être complexe, en particulier dans les cas de lésions carieuses profondes. Les deux principaux facteurs à considérer lors de l’excavation de caries sont la préservation de la structure dentaire et l’élimination des tissus infectés sans exposer la pulpe. L’excavation des caries doit être effectuée aussi minutieusement que possible, mais dans les lésions très profondes, une dentine molle peut être laissée pour éviter l’exposition de la pulpe et conserver la structure des dents. Cette approche peut entraîner une meilleure force de liaison et un meilleur pronostic lors de la restauration de la dent.

 

Pour prendre une décision éclairée quant à l’élimination de la dentine affectée, les professionnels dentaires peuvent utiliser le concept de la zone d’étanchéité périphérique (PSZ). Ce concept se concentre sur la compréhension des différentes couches de dentine carieuse et de leurs caractéristiques respectives:

  1. La couche externe infectée : Cette couche est complètement déminéralisée, contient des fibrilles de collagène dénaturées et ne peut pas être reminéralisée. Il doit être retiré pendant la préparation de la cavité.

  2. La couche interne affectée : Cette couche est partiellement déminéralisée et infectée, mais les fibrilles de collagène restent intactes. Cette couche est sensible et peut être reminéralisée, elle doit donc être préservée autant que possible.

Le colorant détectant les caries peut différencier ces couches en colorant la couche externe rouge foncé et la couche interne rose clair. Un colorant détectant les caries peut être utilisé pour confirmer une marge exempte de caries, garantissant que 1 à 2 mm de dentine superficielle sont exempts de caries. Idéalement, l’excavation des caries devrait être limitée à une profondeur de 5 mm de la surface périphérique d’une dent lorsqu’elle est mesurée à partir de la dent proximale, avec une profondeur optimale de 3 mm.

 

En plus du colorant de détection des caries, la technologie DIAGOdent, basée sur la fluorescence laser, peut également être utilisée. Cet appareil fournit une valeur numérique correspondant au nombre approximatif de bactéries présentes. Pour la dentine superficielle, la lecture du critère d’évaluation est d’environ 12 ou moins, tandis que pour la dentine profonde intermédiaire, elle est de 36 ou moins.

 

L’adoption du concept PSZ dans le traitement des lésions carieuses profondes peut aider à atteindre des forces de liaison d’environ 45-55 MPa. En combinant le colorant détectant les caries et DIAGOdent, les cliniciens peuvent être guidés sur la bonne façon d’excaver la dentine infectée tout en préservant la dentine affectée dans la zone d’étanchéité périphérique.

Combien de temps une carie peut-elle rester sur la dentine ?

La progression d’une carie sur la dentine peut varier en fonction de facteurs tels que les habitudes d’hygiène buccale de l’individu, son régime alimentaire, ainsi que la taille et l’emplacement de la cavité.

En général, si une carie n’est pas traitée, elle continuera à croître et finira par atteindre la couche interne de la dent connue sous le nom de pulpe, qui contient les nerfs et les vaisseaux sanguins.

 

Il est difficile de déterminer un calendrier précis pour combien de temps une cavité peut rester sur la dentine, car le taux de décomposition peut être influencé par un certain nombre de facteurs.

Cependant, il est important de traiter tout signe de carie dès que possible pour prévenir d’autres dommages à la dent et une infection potentielle. Des examens et des nettoyages dentaires réguliers peuvent également aider à détecter les caries dès le début et à les empêcher de progresser.

La dentine peut-elle se guérir elle-même ?

La dentine, tissu calcifié sous l’émail de la dent, qui forme la majeure partie de la dent, peut être endommagée lorsqu’une dent subit un traumatisme ou une carie. Le mécanisme de réparation inné de la dent a ses limites et ne peut produire que de petites quantités de tissu dans des circonstances spécifiques. Par conséquent, dans des conditions normales, les dents ne peuvent pas se guérir d’elles-mêmes. Cependant, des études ont montré que la stimulation des cellules souches dentaires peut aider à la réparation naturelle des dents lorsqu’elle est soutenue par Tideglusib, un médicament couramment utilisé pour traiter la maladie d’Alzheimer. En activant ces cellules souches, une nouvelle dentine peut être produite pour tenter de réparer les dommages.

Un autre domaine de recherche est l’utilisation de biomatériaux, tels que le verre bioactif ou les hydrogels, qui peuvent imiter l’environnement naturel de la dent et stimuler la repousse de la dentine.

Ces matériaux peuvent être incorporés dans les obturations dentaires ou utilisés comme échafaudages pour favoriser la régénération de la dentine, améliorant ainsi le pronostic à long terme de la dent.

Coloration et décoloration de la dentine

La décoloration de la dentine se produit lorsque la couleur des dents change, leur faisant perdre leur apparence brillante ou blanche. Les dents peuvent s’assombrir, passer du blanc à diverses nuances ou développer des taches blanches ou sombres dans certaines zones. Certaines couleurs communes associées à la décoloration de la dentine sont:

  • Jaune: En vieillissant, la surface de l’émail blanc de vos dents peut s’user, ce qui rend le noyau de dentine jaune de vos dents plus visible.

  • Brun: Le tabagisme, les boissons brunes comme le thé ou le café et les mauvaises habitudes de brossage menant à la carie dentaire peuvent faire brunir les dents.

  • Blanc: Dans les jeunes dents, une exposition excessive au fluorure peut causer des taches blanches. Cette condition, connue sous le nom de fluorose, se produit lorsque les dents entrent en contact avec un excès de fluorure provenant de l’eau potable ou une surutilisation de rinçages au fluorure ou de dentifrice.

  • Noir: La carie dentaire ou la nécrose de la pulpe dentaire peut rendre les dents grisâtres ou noires. Mâcher des noix de bétel peut également causer des dents noires. L’exposition à des minéraux comme le fer, le manganèse ou l’argent dans les milieux industriels ou les suppléments peut créer une ligne noire sur vos dents.

Les causes de la décoloration des dents peuvent généralement être classées dans les catégories suivantes:

  • Extrinsèque, c’est-à-dire qu’elle est causée par des facteurs externes qui entrent en contact avec vos dents

  • Intrinsèque, ce qui signifie qu’elle est causée par des facteurs internes dans vos dents ou votre corps

  • Lié à l’âge, survenant plus tard dans la vie

Pourquoi la dentine est-elle jaune ?

La dentine est la deuxième couche de la dent, généralement recouverte d’émail et entourant la pulpe. Il constitue la majorité de la structure de la dent et contient de minuscules tubules. La dentine a une teinte jaune naturelle, qui peut être vue à travers l’émail de la dent, et surtout lorsque la couche d’émail est éliminée (en raison de pathologies ou lors d’un traitement dentaire) et que la dentine est exposée.

La dentine peut-elle être blanchie ?

La dentine est le tissu dur et calcifié qui forme la majeure partie d’une dent, situé sous la couche externe de l’émail. Contrairement à l’émail, qui est naturellement blanc, la dentine a une couleur jaunâtre ou brunâtre.

 

Pendant le processus de blanchiment, la cible est l’émail, la couche externe des dents. Seules les taches sur l’émail peuvent subir un blanchiment. Lorsqu’un agent blanchissant ou blanchissant est appliqué, il se décompose en petites particules sur l’émail, éliminant les taches en formant de petites molécules.

Cependant, la dentine n’est pas la zone où le blanchiment est généralement effectué.

 

Certains traitements prétendent blanchir la dentine, comme la micro-abrasion, où un dentiste enlève une petite quantité de la couche superficielle de la dent pour réduire les taches, et le blanchiment interne, où un agent de blanchiment est placé à l’intérieur de la dent pour éclaircir sa couleur, comme dans le cas des dents traitées par endodontie. Cependant, l’efficacité de ces traitements ne peut être garantie.

 

Il convient également de noter que des tentatives excessives ou agressives de blanchiment de la dentine peuvent entraîner une sensibilité ou des dommages dentaires. Par conséquent, il est important de consulter un dentiste avant d’essayer des traitements de blanchiment.

Traitement à la dentine jaune

Bien qu’il n’y ait pas de moyen sûr de blanchir ou de blanchir la dentine, d’autres méthodes peuvent être utilisées pour traiter la couleur jaune de la dentine. Avant de tenter une correction, il est important d’identifier la cause de la décoloration, qui peut inclure le vieillissement, la génétique, les traumatismes ou certains médicaments.

 

Certaines méthodes qui peuvent aider à améliorer l’apparence des dents jaunies comprennent:

  • Blanchiment interne: En cas de nécrose pulpaire, les dents peuvent apparaître jaunes ou brunes. Dans de tels cas, un dentiste peut recommander un blanchiment interne, qui consiste à placer un agent de blanchiment à l’intérieur de la dent pour éclaircir sa couleur.

  • Microabrasion: Cette technique peut être efficace dans le traitement de la dentine jaune qui est proche de la surface de la dent. Au cours de cette procédure, un dentiste enlève une petite quantité de la couche superficielle de la dent pour réduire les taches et améliorer l’apparence.

  • Facettes: Ces coquilles minces et faites sur mesure sont placées sur la surface avant des dents pour améliorer leur apparence. Les facettes peuvent être faites de porcelaine ou de résine composite et peuvent couvrir efficacement les dents jaunies. Cette option peut également être utilisée pour des zones plus étendues, où plusieurs dents nécessitent une correction esthétique.

Dysplasie de la dentine

La dysplasie de la dentine est une maladie dentaire génétique rare qui affecte la formation de dentine.

Elle se caractérise par une formation défectueuse de dentines, une hypermobilité dentaire sévère et des abcès dentaires spontanés ou des kystes survenant dans des couronnes d’apparence cliniquement normale. Les résultats radiographiques peuvent révéler l’oblitération de toutes les chambres pulpaires, les racines courtes, émoussées, malformées ou absentes, et les radiolucéités périapicales des dents non cariées. On estime que la dysplasie de la dentine touche environ 1 personne sur 100 000.

 

La dysplasie de la dentine peut être classée en deux types:

 

Type I : Dysplasie radiculaire de la dentine Ce type affecte principalement les racines des dents et est en outre classé en quatre sous-types (1a à 1d) comme décrit ci-dessous. La caractéristique commune à tous les sous-types est la présence d’un développement anormal des racines , ce qui peut entraîner la mobilité des dents et d’autres problèmes dentaires.

2. ​Type 1a: Caractérisé par l’absence de chambre pulpaire et de formation de racines, avec des radioclairances périradiculaires fréquentes.

3. Type 1b : Affiche une seule petite pulpe en forme de croissant orientée horizontalement, avec des racines de seulement quelques millimètres de long et des radioclarté périapicales fréquentes.

4. Type 1c : Présente deux restes pulpaires horizontaux ou verticaux en forme de croissant entourant un îlot central de dentine, une longueur racinaire importante mais raccourcie et des radioclairances périapicales variables.

5. Type 1d : Présente une chambre pulpaire et un canal visibles avec une longueur racinaire presque normale, de gros calculs de pulpe situés dans la partie coronale du canal qui créent un renflement localisé dans le canal, une constriction radiculaire du canal pulpaire apical à la pierre et peu de radioclarté périapicale.

Type II : Dysplasie coronale de la dentine Aussi connu sous le nom de dysplasie cémentale coronale, ce type est caractérisé par une formation anormale de dentine dans la couronne de la dent. Les dents touchées par ce type de dysplasie de la dentine ont une apparence normale, mais peuvent présenter des chambres pulpaires anormales et des calculs pulpaires. Radiographiement, les dents peuvent montrer un aspect de « tube de chardon » de la chambre pulpaire, qui apparaît plus large en haut et se rétrécit vers le bas.

Sclérose en dentine

La sclérose en dentine est une condition dans laquelle la dentine dans une dent devient durcie et moins perméable. Aussi connue sous le nom de dentine sclérotique, elle survient généralement en réponse à une irritation chronique de bas grade ou à un traumatisme de la dent. La sclérose en dentine est couramment observée dans les dents plus âgées et peut être associée à des caries (carie dentaire causée par une activité bactérienne), à l’attrition (usure progressive des dents due à la mastication) ou à l’abrasion (usure des dents due à des forces mécaniques externes). Il peut également faire partie du processus de vieillissement naturel, car la dentine devient plus minéralisée avec le temps.

 

Lorsque des stimuli nocifs sont présents, les odontoblastes génèrent une réponse protectrice qui entraîne le dépôt de dentine péritubulaire dans les tubules dentinaires. Ce processus oblitère les tubules, ce qui rend la dentine plus homogène et opaque. Dans une section au sol (sous examen microscopique), cette dentine apparaît comme une zone « blanche » d’aspect homogène.

 

Bien que la sclérose en dentine ne nécessite généralement pas de traitement, elle peut rendre la dent plus fragile et sujette aux fractures. Dans certains cas, un dentiste peut recommander de placer une restauration dentaire, comme une couronne ou une obturation, pour fournir un soutien et une protection supplémentaires à la dent.

Dentinogenèse imparfaite: causes, symptômes et traitement

La dentinogenèse imparfaite est une maladie génétique caractérisée par une dentine défectueuse. Il en résulte des dents translucides et décolorées, généralement bleu-gris ou jaune-brun. En raison de la dentine défectueuse, les dents sont plus faibles que la normale et peuvent présenter de petites fosses superficielles ou se fracturer facilement. La dentinogenèse imparfaite est causée par des changements génétiques dans le gène DSPP et est héritée de manière autosomique dominante. La condition peut affecter les dents primaires et permanentes.

 

Il existe trois types de dentinogenèse imparfaite :

  • Type I: Se produit chez les personnes atteintes d’ostéogenèse imparfaite, une maladie génétique dans laquelle les os sont fragiles et se cassent facilement.

  • Type II: Le type le plus commun de dentinogenèse imparfaite, il se produit généralement chez les personnes sans autre trouble héréditaire. Certains patients atteints de type II peuvent également éprouver une perte auditive progressive à mesure qu’ils vieillissent.

  • Type III: Survient généralement chez les personnes sans autre trouble héréditaire. D’abord identifié dans un groupe de familles du sud du Maryland, le type III a également été observé chez des individus d’origine juive ashkénaze.

Dans chaque cas, le traitement dépend des problèmes dentaires spécifiques vécus par la personne et peut inclure des restaurations dentaires, des couronnes ou d’autres interventions pour protéger et soutenir les dents affectées.

 

La dentinogenèse imparfaite peut présenter divers symptômes, qui peuvent inclure:

  • Dents décolorées: Les dents touchées peuvent être grises, brunes ou bleu-gris, avec des bords translucides.

  • Dents faibles ou cassantes: Les dents peuvent être plus faibles que la normale, ce qui les rend sujettes aux fractures ou aux dommages.

  • Forme anormale des dents: Les dents peuvent être petites ou déformées, avec des couronnes apparaissant bulbeuses.

  • Sensibilité: Les dents peuvent être sensibles aux températures chaudes ou froides et à la pression exercée par les morsures ou les mastications.

  • Éruption dentaire retardée: Les dents touchées peuvent prendre plus de temps à éclater ou ne pas érupter du tout.

  • Risque accru de carie dentaire : L’affaiblissement de la structure de la dentine peut rendre les dents plus sensibles à la carie.

La prise en charge de la dentinogenèse imparfaite peut nécessiter une approche multidisciplinaire impliquant des traitements réparateurs, prosthodontiques et orthodontiques. Pour le traitement dentaire pédiatrique, les options comprennent des couronnes, des mainteneurs d’espace amovibles simples et des restaurations adhésives. Le traitement peut varier selon le stade auquel il est effectué.

Les objectifs du traitement précoce sont les suivants :

  1. Maintenir la santé dentaire et préserver la vitalité, la forme et la taille de la dentition

  2. Fournir une apparence esthétique pour prévenir les problèmes psychologiques

  3. Assurer une dentition fonctionnelle.

  4. Prévention de la perte de dimension verticale

  5. Maintien de la longueur de l’arche

  6. Éviter les interférences avec l’éruption des dents permanentes restantes

  7. Permettre une croissance normale des os du visage et de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM)

Le traitement de la dentition mixte et permanente est difficile et exige souvent une approche multidisciplinaire. La collaboration entre les dentistes pédiatriques, les prosthodontistes et les orthodontistes est cruciale. Bien que la carie puisse ne pas être une préoccupation importante, des instructions strictes d’hygiène buccale et un traitement préventif sont essentiels pour prévenir des complications supplémentaires. Il peut être nécessaire de rétablir la dimension verticale de l’occlusion pour rétablir la dentition mixte et permanente. La restauration prothétique combinée à un traitement orthodontique peut être avantageuse, et il est conseillé d’évaluer l’occlusion avant de commencer le traitement.

Carie dentaire: causes, progression et prévention

La carie dentaire, également connue sous le nom de carie dentaire, est une infection microbienne multifactorielle qui entraîne la déminéralisation de la partie inorganique de la dent et la destruction de la partie organique, entraînant la formation de caries. Ce problème de santé buccodentaire commun est causé par des bactéries, telles que Streptococcus mutans, qui produisent de l’acide qui érode l’émail des dents. L’acide est produit lorsque les bactéries dans la bouche décomposent les glucides des aliments et des boissons que nous consommons.

Les caries peuvent être classées selon le site d’occurrence (« classification G.V. Black »), comme suit :

  • Classe I: Cavités dans les fosses ou fissures sur les surfaces occlusales des molaires et des prémolaires; surfaces faciales et linguales des molaires; surfaces linguales des incisives maxillaires.

  • Classe II: Cavités sur les surfaces proximales des prémolaires et des molaires.

  • Classe III: Cavités sur les surfaces proximales des incisives et des canines, n’impliquant pas l’angle incisif.

  • Classe IV: Cavités sur les surfaces proximales des incisives ou des canines, impliquant l’angle incisif.

  • Classe V: Caries sur le tiers cervical des surfaces faciales ou linguales de n’importe quelle dent.

  • Classe VI: Caries sur les bords incisifs des dents antérieures et les extrémités des cuspides des dents postérieures.

Les caries peuvent également être classées en fonction de la gravité, comme suit:

  • Début : Lésions s’étendant à moins de la moitié de l’émail.

  • Modérée : Lésions s’étendant plus de la moitié de l’émail mais n’impliquant pas la jonction dentine-émail (DEJ).

  • Avancé: Lésions s’étendant jusqu’à ou à travers le DEJ mais pas plus de la moitié de la distance à la pulpe.

  • Graves : Lésions s’étendant à travers l’émail, à travers la dentine et plus de la moitié de la distance jusqu’à la pulpe

Les facteurs de risque de carie dentaire comprennent:

  • Habitudes d’hygiène bucco-dentaire inadéquates: Si le brossage n’est pas fait régulièrement, la plaque s’accumule, hébergeant des bactéries qui produisent de l’acide, qui attaque directement l’émail jusqu’à ce que des caries se forment.

  • Acides de bactéries: La consommation excessive d’aliments et de boissons sucrés entraîne la production d’acides dans la cavité buccale, ce qui peut entraîner la déminéralisation de l’émail et la formation de cavités.

  • Bouche sèche: La production de salive aide à éliminer les bactéries nocives, la plaque et les particules alimentaires de votre bouche. La réduction de la salivation, qui peut survenir dans certaines conditions médicales, rend les dents plus sensibles à la formation de caries.

  • Problèmes médicaux: Certains problèmes médicaux, tels que la boulimie, augmentent le risque de caries dentaires en exposant les dents à l’acide gastrique chaque fois que l’individu purge.

Méthodes de prévention des caries

L’évaluation du risque de carie est basée sur des facteurs tels que l’expérience antérieure des caries, l’indice actuel de carie, les mesures d’hygiène buccale (p. ex. utilisation de dentifrice au fluorure et de rince-bouche), les dépôts de tartre, les fosses et fissures profondes et le flux salivaire. Ces facteurs peuvent aider à évaluer le risque de carie individuelle et à prédire la progression des caries dentaires.

 

Les mesures préventives pour les caries dentaires, basées sur le type de risque, comprennent:

  • Élimination quotidienne de la plaque: Le brossage, la soie dentaire et le rinçage sont parmi les meilleurs moyens de prévenir les caries dentaires et les maladies parodontales. Des techniques appropriées doivent être suivies pour le brossage et la soie dentaire.

  • Application de fluorure: Les méthodes comprennent la fluoration de l’eau, le dentifrice au fluorure, le rince-bouche au fluorure, les suppléments alimentaires de fluorure et les composés fluorés appliqués professionnellement tels que les gels et les vernis. Le fluorure prévient les caries dentaires en inhibant la déminéralisation et en améliorant la reminéralisation, ce qui donne une surface plus résistante aux acides.

  • Scellants de fosses et de fissures: La majorité des caries dentaires chez les jeunes enfants se produisent dans les fosses et les fissures, qui sont plus sensibles en raison de leur anatomie. En remplissant ces irrégularités avec un matériau de restauration fluide, la zone devient scellée aux bactéries et donc moins sensible aux caries. Ceci est particulièrement recommandé pour les jeunes patients avec des dents en éruption et les adultes avec un indice de carie élevé.

  • Substituts du sucre: Comme le saccharose est une cause bien connue de caries dentaires, des substituts du sucre comme le xylitol ont été développés pour réduire les risques de carie. Le xylitol a non seulement une saveur sucrée comparable au sucre, mais il est également non cariogène et anti-cariogène, bloquant le métabolisme du saccharose.

  • Vaccins contre les caries: Étant donné que la carie dentaire est une maladie microbiologique infectieuse, il y a eu des tentatives de développer des vaccins. Certains vaccins expérimentaux contre Streptococcus mutans ont fait leurs preuves, et des interventions immunitaires peuvent être entreprises en bloquant les récepteurs nécessaires à la colonisation ou en inactivant les glucosyl transférases (enzymes impliquées dans le métabolisme du glucose).

  • Réduire la transmission : Les principaux dispensateurs de soins peuvent transmettre aux nourrissons des microorganismes causant des caries, ce qui entraîne la colonisation de Streptococcus mutans dans la cavité buccale de l’enfant. Les efforts visant à réduire les niveaux de Streptococcus mutans chez le parent, y compris le maintien de l’hygiène buccale et le traitement dentaire si nécessaire, sont essentiels pour prévenir les caries dentaires chez les jeunes enfants.

Évaluation des risques liés aux dentines et aux caries dentaires

L’évaluation des risques est un outil précieux pour la prévention et la gestion des caries dentaires. Divers outils et modèles de risque peuvent être utilisés pour l’évaluation des risques, notamment :

  1. Le Système international de détection et d’évaluation des caries (ICDAS)

  2. Le Système international de classification et de gestion des caries (ICCMS)

  3. Système de classification des caries d’association (ADACCS)

Voici une description de chacun de ces systèmes :

  1. Le Système international de détection et d’évaluation des caries (ICDAS) Sur la base de cette méthode, l’apparence visuelle d’une lésion classe la lésion (c.-à-d. la détection, si la maladie est présente ou non), aide à surveiller la lésion une fois détectée (c.-à-d. évaluation) et le diagnostic.

 

Le système évalue les dents propres et sèches et estime l’activité des caries en fonction de l’extension histologique des lésions qui se propagent dans le tissu dentaire. Les scores utilisent une échelle de notation de 7 points:

0                  Aucun                 Pas de décomposition

1,2               Initial                   Lésions de l’émail « intactes »

3,4              Modéré               Précoces, peu profondes ou micro-cavitations

5,6              Étendu               Cavitions tardives ou profondes

2. Le Système international de classification et de gestion des caries (ICCMS)
 

Ce système prend les résultats de la classification ICDAS et les traduit en un système de gestion des caries évalué en fonction du risque et individualisé pour le patient.

Les éléments clés de l’ICCMS sont les suivants :

  • Évaluations initiales des patients Collecte de renseignements personnels et fondés sur les risques au moyen d’anamnèses et de la collecte systématique de données
  • Détection des lions, activité et évaluation appropriée des risques Détection et stadification des lésions, évaluation de l’activité carieuse et évaluation
    du risque de carie

  • Synthèse et prise de décision intégrant l’information au niveau du patient et de
    la lés
    ion

  • Traitements cliniques chirurgicaux et non chirurgicaux, y compris le traitement préventif, garantissant ainsi que les options de planification du traitement disponibles sont axées sur la prévention et incluent des options non chirurgicales chaque fois que cela est approprié

 

3. Système de classification des caries d’association (ADA CCS)


L’ADA CCS intègre la CIDAS et d’autres systèmes de classification dans un système de classification plus large qui comprend également la présentation radiographique de la surface approximative et des présentations cliniques.

L’ADA CCS est réalisé sur des dents propres, en utilisant de l’air comprimé, un éclairage adéquat et un explorateur arrondi ou une sonde à bille. Des radiographies devraient également être disponibles. Ce système est conçu pour inclure à la fois les lésions non cavitées et cavitées et pour « les décrire par présentation clinique sans référence à une approche de traitement spécifique ».

Les formulaires d’évaluation du risque de carie ADA catégorisent le risque global d’un patient de développer une carie en fonction des antécédents et de l’examen clinique. Les formulaires sont destinés aux patients âgés de 0 à 6 ans et de plus de 6 ans.

Les caractéristiques qui placent un patient à un risque élevé de carie comprennent:

  • Aliments ou boissons sucrés : Bouteille ou tasse à bec avec autre chose que de l’eau au coucher (de 0 à 6 ans) ou expositions fréquentes ou prolongées entre les repas par jour (>6 ans)
  • Admissibles aux programmes gouvernementaux: WIC, Head Start, Medicaid ou SCHIP (0 à 6 ans)

  • Expérience carieuse de la mère, du soignant et/ou d’autres frères et sœurs : Lésions carieuses au cours des 6 derniers mois (de 0 à 14 ans)

  • Besoins particuliers en matière de soins de santé : déficiences développementales, physiques, médicales ou mentales qui empêchent ou limitent l’exécution de soins buccodentaires adéquats par eux-mêmes ou par les soignants (de 0 à 14 ans)

  • Chimio/radiothérapie (>6 ans)

  • Restaurations visuelles ou radiographiques évidentes/lésions carieuses cavitées : Lésions carieuses ou restaurations au cours des 24 derniers mois (0 à 6 ans)

  • Lésions carieuses non cavitées (naissantes) : Nouvelles lésions au cours des 24 derniers mois (0 à 6 ans)

  • Lésions carieuses ou restaurations cavitées ou non cavitées (naissantes) (visuellement ou radiographiquement évidentes) : 3 lésions carieuses ou plus ou restaurations au cours des 36 derniers mois (>6 ans)

  • Dents manquantes en raison de caries: Toutes (0 à 6 ans) ou au cours des 36 derniers mois (âges >6 ans)

  • Sécheresse grave de la bouche (xérostomie; âge > 6 ans) ou flux salivaire visuellement insuffisant (0 à 6 ans)

En résumé, une évaluation complète du risque de dentine et de carie dentaire joue un rôle crucial dans la dentisterie moderne. Il permet aux professionnels dentaires d’identifier les patients à risque élevé, de fournir des soins personnalisés et de mettre en œuvre des mesures préventives qui contribuent à de meilleurs résultats en matière de santé buccodentaire pour les individus et la communauté dans son ensemble.

bottom of page